Un peu d'histoire

La Danse Orientale Egyptienne est une danse ancestrale originaire du Moyen-Orient et pratiquée depuis des millénaires. A l'origine, on la retrouve lors de la célébration de rituelle car elle est sacrée. La Danse Orientale s'est principalement développée en Egypte, où elle a d'ailleurs connu un grand essor, voire même un âge d'or dans les années 50. On l'a retrouve à plusieurs reprises dans le cinéma avec des symboles tels que Samia Gamal, Tahia Carioca, Fifi Abdou et bien d'autres encore.

 

Raffinée et subtile, c'est la danse de la femme par excellence

Danser procure du plaisir. Effectivement, la Danse Orientale Egyptienne développe la sensualité et la féminité. Elle permet de connaître et de s'approprier son corps, d'assouplir les articulations et de tonifier les muscles. On travaille séparement les différentes parties du corps avant de les associer sur des rythmes lents, saccadés puis fluides.

 

"La technique n'est pas une fin mais un moyen.

La performance technique n'est rien en soi.

La danse commence quand on y met l'âme"

LEILA HASSAN

 

 

Des styles variés pour une Danse riche et passionnante

Le Sharki est une danse à caractère lyrique dansée principalement sur la pointe des pieds, avec beaucoup de finesse et d'élégance. Les mouvements sont amples et fluides avec beaucoup d'arabesques. Le Balladi est une danse populaire qui exprime la joie, la nostalgie. Ce style est également le reflet de l'âme égyptienne. Egalement, le Saïdi aussi appelé Danse de la canne, qui est un floklore de Haute Egypte. C'est à l'origine une danse guerrière pratiquées par les hommes, mais féminisée pour être interpretées par des femmes.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Papyrus